Test de casque Radio – Sennheiser RS 175 + HDR 185 (vs RS 130)

J’ai découvert les casques radio (ou plutôt RF pour être précis) il y a déjà plus de douze ans. A l’époque, je cherchais une solution portable de qualité et – bien que possédant avant l’heure un semi-casque écouteurs Bluetooth A2DP (qui permettait d’écouter de la musique) Sony qui me faisait passer pour un voyageur du futur à l’époque – et qui satisfasse mon appétit pour les gadget technologiques, surtout sans fil (ce qui était « cool » à l’époque) ; dans quelles circonstances exactement ? Je n’en sais plus rien, ceci étant dit je me souviens avoir beaucoup attendu ce casque et aussi passé beaucoup de temps à essayer de le réparer (pour les raisons que j’expliquerai) avant d’en racheter (ou plutôt de m’en faire acheter, j’avais tout au plus 16 ans) un. Ce premier casque était un RS130 dont vous verrez la photo plus bas aux côté de mes nouveaux achats et était bien supérieur à mon pauvre pseudo-casque Sony qui malgré tout avait un son plutôt pas mal pour son prix même face à des solutions modernes estampillées ApTX. Possesseur également d’un Sony MDR1000X (Bluetooth moderne lui) que j’utilise principalement en filaire étant donné la grande différence de qualité avec le mode Bluetooth, j’évoquerai sans doute plus tard le différentiel de qualité (confinement oblige, je ne peux y accéder l’utilisant au bureau). Cependant, je le trouvais de mémoire néanmoins déjà inférieur au RS130 à l’époque en mode sans fil… Ceci étant dit, je vous propose de commencer ce test en explicitant en quelques lignes ce qu’est exactement un casque radio et à quoi il peut bien servir.

Note – Pour être techniquement précis, les casques Bluetooth et même WiFi sont des casques radio. J’utiliserai néanmoins cette dénomination dans la suite pour désigner les casques TV dont je vais expliciter le dispositif tout de suite, préférant ce terme à « casque TV ».

Le casque radio – Un casque de « papy » ?

Plus connu sous le nom de « casque TV » et souvent vendu comme tel, le casque radio est un casque sans fil mais – et la distinction est importante – pas portable ; même moins portable qu’un câble sans fil. Et en fait pas tout à fait sans fil selon les composants que l’on inclut dans cette dénomination. En effet, comme vous pouvez le voir sur la photo du RS-130 ci-dessous, le « casque » radio est composé d’un émetteur radio (qui sert aussi de socle de recharge dans le cas présent) et d’un casque (sans fil) à proprement parler, le casque ne recevant rien si son émetteur ne marche pas (en réalité avec le RS-130 qui est ancien je peux capter d’autres ondes radio comme les interférences d’un talkie walkie, mais évidemment cela ne nous amène pas à grand chose d’autres que de savoureuses découvertes comme autrefois une discussion de chauffeur routier).

20200512_165523040_iOS

Le casque du fond des âges, et pourtant si loyal – Le RS -130 et son look vintage au cintre

Comme vous pouvez le voir, l’émetteur possède (au moins) deux câbles : un câble d’alimentation secteur (je suppose qu’une batterie serait vite vidée pour l’émission radio) et un câble à relier à la source : baladeur, télé, chaîne hifi, PC, etc. ; ici, il s’agit d’un mini-jack classique. Le casque quant à lui agit comme un simple récepteur radio, comme votre radio quoi. Apparié à votre base radio (qui peut desservir plusieurs casques, jusqu’à 8 même pour un RS-120 moderne), il s’allume par un bouton et reçoit le son de votre base émettrice. La nécessité d’avoir cette base émettrice nous aide à comprendre que le casque radio n’est pas vraiment portable (il faut que la station soit branchée à une prise) et sans fil uniquement au sens que vous pouvez vous déplacer avec le casque mais que l’émetteur comme votre baladeur reste lui branché au fil. Le terme « casque » TV prend alors tout son sens et explique que beaucoup de parents achètent ce type de casque, sans doute dans un magasin classique, à nos grands parents (j’ai d’ailleurs découvert que mon oncle en avait acheté un pour mon grand-père) ; le casque radio est un casque d’intérieur et portable uniquement dans un rayon limité.

Dans ces conditions, on peut bien se demander quel avantage on peut avoir à acheter un casque radio. La première réponse que je peux vous donner est le rayon de déplacement. En effet, les casques en question peuvent théoriquement recevoir du son à environ 100m (!). Dans les faits, je n’ai pas essayé et les avis semblent contredire cette prévision optimiste mais je peux vous dire que chez moi ou même au travail (un jour de pont, je suis même allé au toilettes avec) je peux bien parcourir 20 mètres avec plusieurs murs tout en entendant toujours ma musique, ce qui n’est absolument pas le cas avec un casque Bluetooth (même moderne) qui peut décrocher assez vite. Ainsi, on peut vraiment faire sa vie dans sa maison sans se soucier de déconnexion tout en ayant pas de câble devant ses jambes.

En sus, et ce point doit être confronté à un test plus poussé par des gens ayant accès à davantage de modèles, mais les deux casques Bluetooth modernes que j’ai eus en ma possession (un Parrot Zik 3 et un Sony MDR 1000X) et coûtant deux à trois fois plus cher que le RS1-30 (et même un peu plus que le RS-185) offraient un son au mieux comparable. Certes, ces casques étaient fermés et le RS-130 ouvert, mais tout de même la clarté du son était bien supérieure à mon sens sur le RS-130.

Enfin, et c’est un avantage que je considère mineur car je ne vois guère d’application concrète à moins d’avoir une famille nombreuse, la station radio peut s’apparier à plusieurs casques. Ainsi, sur les RS-175/RS-185 on peut écouter à deux (sous réserve d’acheter un autre casque) et jusqu’à huit sur un RS-120 moderne. Sur mon RS-130 je ne sais pas mais au moins deux c’est sûr.

Alors, est-ce que je casque radio est fait pour vous ? Si vous désirez acheter un casque dédié pour l’intérieur, soit pour ne déranger personne, soit pour vous déplacer partout avec une bonne qualité d’écoute, oui. Bien sûr, gardez à l’esprit que ce type de casques est fait pour la maison et ne remplacera ni un casque filaire, ni un casque Bluetooth pour une utilisation nomade. De même, si vous êtes du genre à n’écouter que de la musique dans une pièce dédiée, un casque filaire sera meilleur à côut équivalent.

Présentation des casques et émetteurs

20200508_194429327_iOS

De gauche à droite : le RS-130, le HDR-185, le RS-175 (TR-175 + HDR-175)

Arrivés jusqu’ici, vous avez dû constater que je dissocie maintenant casque et émetteur, pourquoi ? Parce que, comme vous avez pu le constater dans la photo, je n’ai que deux émetteurs pour trois casques différents. Si je me rapproche…

…vous pouvez en effet constater qu’il y a trois références : HDR 130, HDR 175 et HDR 185. Qu’est-ce que cela peut vouloir bien dire ? Eh bien chez Sennheiser la nomenclature est la suivante :

Le système global (RS)

=

Le casque (HDR)

+

L’émetteur (TR)

Cette distinction est importante parce qu’il y a une bonne nouvelle qui n’est pas mise du tout en avant ni vraiment indiquée clairement dans les notices (en revanche un ingénieur ou commercial de Sennheiser répondait que c’était possible sur ce forum anglais) mais – par exemple – le socle TR-175 est compatible avec tous les casques HDR de la série (HDR-165, HDR-175, HDR-185 et HDR-195 – ce dernier reste à vérifier). Comment l’ai-je su ? Frustré de ne pas trouver de RS-185 semblant retiré de la vente (sur tous les sites même l’officiel), ayant lu que c’était le « meilleur » au niveau son, je m’étais résigné à acheter le RS-195 jusqu’à apprendre qu’il était en fait moins bon à ca ce niveau et fait pour les malentendants. Que faire alors ? Si le RS-185 était indisponible le HDR-185 était bien encore vendu. Comme vous pouvez le voir sur la boîte, il est écrit

20200508_102109694_iOS

L’emballage du casque supplémentaire (qui marche sur tous les supports de la gamme même si la boîte sous-entend le contraire)

« Casque supplémentaire pour le système RS 185 ». On voit ici que la compatibilité n’est pas directement assumée, ce qui peut se comprendre puisque certaines fonctions nécessitent l’émetteur correspondant. Or, ici, apparier le HDR-185 avec le TR-175 retire la possibilité de passer au MLC (qui permet de changer la correction de volume et donc de moins casser le spectre sonore). Par contre, il gagne le « Bass Boost » et l’effet « Surround » qui sont exclusifs au TR-175. On a donc un HDR-175 tuné avec de nouvelles capacités (parce que oui, les fonctionnalités spécifiques sont accessibles sur les casques mais produits par l’émetteur qui a les « vrais » boutons. La différence avec le HDR 175 est que le HDR 185 n’a logiquement pas de boutons « Bass Boost » ou « Surround », effet que vous pourrez activer en utilisant votre HDR-175 comme télécommande ou directement sur la base (ce qui est plus contraignant).

Quoi qu’il en soit, vous pouvez composer le système qui vous plaît le mieux. Et si jamais vous vouliez le TR-185, il est encore en vente mais sans tous les câbles. Evidémment, en achetant le RS-175 et le HDR-185, j’ai payé 378 euros contre 350 pour le RS 185 (s’il était encore en vente…) mais j’ai deux casques et vous verrez d’ailleurs que c’est plutôt cool vu les différences de « signature » des deux bêtes.

Les défauts du RS-130 – Mes attentes pour la nouvelle fournée

Avant de vous parler de mes récents achats, je vais tenter de vous expliquer ce qui dans le RS 130 me gênait, motivant (ou plutôt excusant) la dépense de plus de 350 euros dans deux nouveaux casques dont la technologie n’avait pas dû tant que ça évoluer en 10 ans (et ce malgré le biais de la croyance en une évolution forcément croissante et ininterrompue des produits), au moins du fait de la demande supposément modérée qu’ils suscitent.

Pour dire la vérité, le casque en lui-même n’avait pas tant que ça de défauts ; je parle bien du casque soit le HDR130 qui, ouvert, proposait même un son assez clair bien que pratiquement dénué de basses. Les voix étaient très bien distinctes et a musique était plutôt fidèle attendu que je n’écoute pas beaucoup de sons boum-boum. Testé sur des jeux vidéos et des séries, le casque était assez polyvalent.

De même, le système RS130 en lui-même pose peu de problèmes. Bien sûr, le signal n’est pas ultra stable et a des interférences étranges sur certains appareils comme mon Walkman A45. Sur iPhone 6s ou sur la télé, il suffit de mettre le son au maximum sur le périphérique d’entrée (donc sur l’iPhone ou sur la TV) et de minimiser le son sur le casque, astuce qui permet dans mon cas d’empêcher toute déconnexion et de réduire du même coup le souffle du casque qui n’était presque plus audible.

En fait, sans cette astuce, le casque est sujet souvent à des déconnexions, ce qui explique d’ailleurs la présence sur le HDR130 d’un bouton permettant de rechercher le signal en cas de perte ou de brouillage. Le côté « artisanal » de ce système donne d’ailleurs un certain charme vintage à ce casque qui émet un son lancinant quand il ne capte plus rien. Mais, comme je vous l’ai dit, j’ai eu la chance de ne pas rencontrer trop le problème sur mon deuxième RS 130 (car oui j’en ai eu deux et je vais vous expliquer pourquoi juste après…) qui était stable globalement mais avec un peu de travail ces derniers temps (pour la même raison qui arrive…tout de suite !).

Jusqu’ici donc, je ne vous ai exposé que des problèmes mineurs avec le principal assuré : la qualité de son. Quel serait donc ce défaut majeur ? En fait, vous ne le trouverez pas forcément dans les avis en ce que le casque n’est pas fait pour être déplacé, mon utilisation est aussi un peu « coupable » et pourtant il existe ; en fait, il tient à la liaison mini-jack du casque. Le problème ici est que ce câble est littéralement intégré à la base émettrice comme vous pouvez le voir ci-dessous.

20200508_195807537_iOSEn bas, le câble mini-jack encastré

Ainsi, si jamais il vous arrive d’entailler ce câble (et c’est facile car le plastique autour de la liaison analogique en métal est fine, on est à peine mieux qu’un câble Apple) eh bien vous exposez les filaments du casque qui vont prendre des interférences selon leur inclinaison, la pression, etc. Mon premier RS130 s’était même cassé à un point irréparable même avec une tentative de soudure qui n’a rien donné ; le second quant à lui est entaillé et il faut bien le positionner pour ne pas avoir un son partiel (ce qui n’est pas si dur mais pénible certains jours).

En résumé, voici ce que je recherchais comme améliorations sur ce casque avec une note sur 3 par niveau d’importance :

  • Des câbles totalement amovibles (+++)
  • Une meilleure stabilité du signal (+)
  • Un meilleur son…même si celui du RS130 était relativement bon (++)

Déballage du RS-175 et premières impressions sur les fonctionnalités du TR-175 (la base)

Comme vous l’aurez compris, la principale fonction du casque (HDR) est le son et les deux principales qualités de la base (TR) sont les fonctionnalités (que le casque peut activer mais comme une télécommande) et la connectique. Avant donc de rentrer dans le sujet le plus important qui est la qualité sonore, donc dans la comparaison entre HDR 175 et 185, je vais commencer par le déballage et mes impressions sur les fonctionnalités du TR 175.

20200506_173336795_iOS

L’emballage (qui peut varier apparemment selon la version du casque qui reste identique en soi) 

Ce qui frappe de prime abord au déballage, c’est le soin habituel de Sennheiser dans la fourniture des accessoires essentiels et dans l’emballage. Ici, je retrouve un carton similaire que sur le RS-130 (note : il s’agit cependant peut-être ici d’un nouveau packaging puisque j’ai vu ce casque plus souvent dans un autre emballage) contenant le casque sur base bien serré dans un moule plastique, deux notices et un carton contenant un câble optique, un câble jack, deux piles rechargeables, une alimentation avec quatre têtes différentes compatibles avec les alimentations de plusieurs pays. En résumé : tout ce dont nous avons besoin est disponible.

20200507_101737147_iOS

Une accessoirisation complète…

Passant plus spécifiquement au casque, on remarque que l’ensemble a plutôt de la gueule même si le feeling général est assez plastique. En déroulant l’arceau, on se rassure en découvrant néanmoins une coulisse en métal et une impression générale de solidité malgré le côté « creux » du plastique des oreillettes. Les coussinets en faux cuir, pour en avoir déjà eu de semblables, risquent de peler dans le temps mais normalement ils devraient tenir quelques années avec un remplacement normalement pas trop onéreux. Ce type de revêtement est sans doute là pour respecter le design « fermé » du casque (un design qui réduit la qualité du son mais qui isole partiellement des bruits extérieurs) mais est certainement moins durable et doux que le tissu du HDR 130 qui est – lui – ouvert. Globalement, on va dire que ça peut aller, il n’y a pas de déception de mon côté mis à part peut-être la différence de largeur de l’arceau bien réduite par rapport au RS 130 (qui a paradoxalement plus de gueule bien qu’étant de gamme inférieure) qui comprime un peu le crâne. De même, le bouton d’allumage du casque est plus pénible car un bouton pressoir remplace le loquet ancien, demandant une pression longue pour le lancer.

20200507_102000256_iOS

Une différence importante de largeur… Notez aussi le format des zones de charge

Enfin, je vous avais parlé de mes attentes en termes de câbles et de ce côté il n’y a pas de surprise puisque je l’avais acheté en vérifiant bien cela : les câbles sont bien amovibles et la base ne contient que deux ports de branchement. Ici, on gagne même une entrée optique par rapport au RS 130 qui n’a qu’un mini-jack ; l’interrupteur entre les deux permettant de changer d’entrée. Du tout bon donc. Nouvelle constatation, une surprise cette fois, il n’y a plus de bouton pour changer de canal radio, ce qui préfigure une plus forte stabilité de le liaison (du moins je l’espérais). Sur la face, je découvre aussi que l’effet surround déjà satisfaisant (et léger) sur le RS 130 possède ici deux niveaux. Autre nouveautés, le bass boost que je n’affectionne pas en général mais qui ici – nous le verrons – aidera presque votre écoute dans certaines situations.

20200508_194607203_iOS

De haut en bas : entrée optique, interrupteur de changement de source, prise mini-jack, prise secteur

Le déballage fini, la première envie qui surgit est bien d’essayer enfin le nouveau système. Au premier branchement, première surprise, le câble optique ne détecte rien du son de ma TV. Heureusement, je me rappelais d’une information que j’avais lue et qui parlait de compatibilité uniquement avec le PCM, s’en est suivie une exploration des menus à tâtonnements pour finalement trouver dans la section » haut parleur » de ma télévision les options en question avec des noms pas forcément très évocateurs. Si je dis cela, c’est avant tout pour prévenir les acheteurs : si vous offrez cela à une personne âgée peu technophile, assurez vous de bien lui régler sa télévision et de lui montrer comment faire ; des tutoriaux de Sennheiser sont disponibles en ligne et la notice doit aussi l’explique r(je dois vous avouer que je ne l’ai pas ouverte). Ceci étant dit, avec le mini-jack (qui offre en pratique à peu près la même qualité sur la TV, le niveau d’exigence dans cette utilisation étant mineure à mon avis de la part d’un non-audiophile) la bascule était immédiate, donc tout n’est pas perdu… Ces difficultés étant passées, je pus entendre le son. Sans parler tout de suite de sa qualité comparative, je dois dire que le casque était déjà bien calibré pour son utilisation : les voix sont audibles et c’est le principal. Mieux même, l’effet surround est aussi voir plus convaincant que sur le RS130. Bien sûr, cela dépend du programme mais, en mode minimal (car le mode maximal par contre est affreux), la spatialisation subtile marche très bien. La seule condition à mon avis est de bien laisser sa TV en stéréo et surtout pas en surround car cet effet est calibré pour bien rendre sur du stéréo uniquement. Enfin, le mode bass boost est plus subtil que je croyais et apporte un supplément de punch selon les programmes voire dans la musique. Je reviendrai dessus en détail dans la partie qui suivra…

Avant de commencer cette fameuse partie, je voudrais noter quelques améliorations substantielles par rapport au RS 130. Déjà, le casque ne souffle pas du tout, le silence complet. Il ne déconnecte non plus pas même à faible signal d’entrée et se connecte tout de suite. La stabilité du signal est donc renforcée et perd totalement le style artisanal de l’antenne radio à régler. Le prix qui semble être à payer cependant est la portée : au point le plus éloigné de chez moi, le son arrivait littéralement à se couper alors qu’avant il pouvait simplement se brouiller ou diminuer sur le RS 130. Comment l’expliquer ? Il est possible que le signal soit un hybride avec l’approche Bluetooth, i.e. une stabilité qui se paie par une plus faible portée. Globalement, cela ne me gène pas à moi mais il vous faut le noter si vous souhaitez prendre ce casque plus moderne. 100m en rase campagne est peut-être possible (même si j’en doute), mais avec des obstacle cela me parait très, très loin d’être possible attendu que j’étais au maximum à 20m.

Le grand test sonore : HDR 130 vs HDR 175 vs HDR 185

Bon, maintenant que nous avons réglé le point – certes important mais moins vital en termes d’expérience – de la base émettrice, je vous propose de passer au test qui est à mon avis le plus important (et qui m’a poussé à acheter le HDR 185 en complément, ne trouvant pas le RS 185…et c’est tant mieux d’ailleurs) : la qualité sonore.

Avant de le faire, je vous rappelle les prix de base (je vous laisse trouver le prix le moins cher, je cherche ici surtout à illustrer les différences de gamme) :

  •  RS 130 : 150 euros
  •  RS 175 : 250 euros (HDR 175 : 150 euros)
  •  RS 185 : 350 euros (HDR 185 : 180 euros)

Constat intéressant, la différence entre la gamme 175 et 185 sur le casque seul est négligeable alors qu’elle s’élève à 100 euros sur le set complet, ce qui peut expliquer le faible niveau d’information sur la compatibilité ; approche que l’on peut comprendre dans le sens où frustrer ses clients par des accessoires hors de prix serait vache. D’après moi, le HDR 185 est vraiment une vraie gamme au dessus en termes de finition comme vous pouvez le voir sur la photo en dessous (oreillettes en velours, haut de l’arceau en métal, plus bel aspect global), je reste donc sur 100 euros d’écart. Le RS 130 quant à lui était 100 euros moins cher que le RS 175 et donc 200 euros de moins que le RS 185. La question est : est-ce que la qualité audio justifie ces écarts ? En effet, comme nous l’avons vu la qualité du signal de la base n’est pas énormément différente, se compensant même l’un dans l’autre ; il faut donc que le son soit bien supérieur. Est-ce le cas ?

20200508_102329073_iOS

Les différences en question – A gauche : le HDR-175, à droite le HDR-185. Notez que le HDR-185 ne possède pas les boutons propres au TR-175 (ce qui ne l’empêche pas d’en bénéficier)

Eh bien, plutôt que de vous détailler chaque média utilisé, je vais vous livrer une conclusion synthétique : oui et non.

Pour vous expliciter mon avis, je vais commencer par séparer le HDR 175 des deux autres. D’une part parce que son design fermé change la donne dès le départ, ensuite parce qu’à mon sens il s’agit vraiment d’un pur casque TV calibré pour ça (pour les voix et les basses en somme). Sorti de cette utilisation, ce casque sonne déjà moins bien que les autres. Sur la musique, il semble étouffé, un peu creux, d’amplitude spectrale en somme. Sur les films même, je dirais qu’il est plus adapté aux fils ou séries avec des basses comme la série Dark. Sur d’autres films ou sur la musique, il demande d’augmenter le volume pour avoir un son plus satisfaisant. Or, on rentre ce faisant dans la spirale du son de mauvaise qualité : plus un son est de mauvaise qualité, plus il faut le mettre fort pour être satisfait et plus vous risquer d’abîmer vos oreilles. Ayant moi-même de légers acouphènes, je suis particulièrement attentif au niveau sonore. Ainsi, vous l’aurez compris, je ne suis pas très fan du HDR 175 qui est satisfaisant sur certains films avec Surround, qui a même davantage de basses que les deux autres, mais qui au final est moins bien : achetez le uniquement si vous voulez un casque fermé, et encore je trouve qu’il laisse pas mal passer de son par rapport à un bon casque Bluetooth à réduction active moderne.

Le cas du HDR-175 étant scellé, je passe aux HDR-185 et HDR-130. Ici, la comparaison est de prime abord plus subtile (et plus difficile puisque je ne peux pas les écouter sur la même base ensemble) mais il suffit de bien écouter la musique et les films pour voir les différences. Déjà, le HDR-185 offre un son plus complet, manquant sans doute légèrement voire pas mal de basses, mais bien détaillé et satisfaisant à faible volume. Le HDR-130 quant à lui est bien défini mais semble plus atténué globalement, plus sec. Là encore, on reste à mon avis sur une différence subtile mais suffisante pour avoir besoin d’un volume différent. Ainsi, si au final ces deux casques sont littéralement supérieurs sur la musique et même sur tout, le HDR 185 reste supérieur (ce qui est rassurant) et plus « complet »/ »chaleureux » au niveau de l’écoute.

Cerise sur le gâteau, le duo TR-175 + HDR-185 fait des miracles puisque la fonction bass boost équilibre parfaitement le casque et apport le supplément de basses manquant cruellement à ce HDR-185 nu, rendant le son à mon écoute quasiment parfait. De même, la spatialisation simulée marche très bien, ce qui rend ce combo finalement largement en tête de ce comparatif. Ces synergies me font encore moins regretter mon doubel achat même s’il laisse du coup le RS-175 de côté sauf pour quelques rares productions lui allant bien.

Conclusion

Synthèse

Vous l’aurez compris, le système RS 175 offre un beau lot de fonctionnalités ajoutées qui contribuent à rendre le son plus flexible aux différentes sources et agréable à l’oreille. Doté d’un jeu de deux câbles amovibles couvrant pratiquement toutes les utilisations de non-audiophiles visant uniquement la praticité d’un usage TV ou musical, le système offre tout ce dont vous avez besoin. Assez pour justifier la différence avec les gammes au support « cintre » comme le RS 130 ? Je ne crois pas. En effet, si la stabilité du signal est là, il n’y a finalement rien de plus que ce qui existait, le surround au maximum étant infâme et le bass boost apportant peu au HDR 175. Pour autant, le simple fait que le câble audio soit intégré à la base me pousse à vous conseiller de bien y réfléchir à deux fois : si vous êtes sûrs de ne pas abîmer ce fil, alors allez-y. Sinon, le TR 165 au minimum sera un meilleur choix.

Maintenant, si je considère le combo parfait du TR 175 avec le HDR 185, je ne saurais que vous conseiller de mettre les 160-170 euros de plus dans ce casque si vous en avez les moyens et l’envie. Associé au bass boost, le TR 175 compense très bien le seul défaut sonore du HDR 185 qui prend aussi toute sa qualité de casque TV avec le surround toujours aussi convaincant. A ce niveau, le différnetiel de qualité se fait clairement entendre et justifie au moins à l’oreille le surcoût.

Qualité audio

Casques testés sur la TV, jeu (Final Fantasy VII Remake) sur un Walkman Sony NW-A45 et sur un iPhone 6s. Musique uniquement en qualité CD (Deezer HiFi et copies en ALAC de ma CDthèque), dans des genres variés.

HDR 130 3.5/5

Une solide expérience, un peu étouffée et manquant totalement de basses mais très claire.

HDR 175 2/5 (films 3/5)

Voix claires pour la TV, bonnes basses, mais au feeling creux, entraînant une hausse dangereuse du niveau sonore.

HDR 185 4/5 (5/5 avec bass boost)

Son majestueux, manquant un peu de basses mais totalement parfait avec la fonctionnalité bass boost du TR 185.

Quel modèle pour qui ?

RS-130 : Le choix économique qui offre une belle qualité de son et la meilleure portée. A éviter à tout prix si vous risquez d’abîmer le câble (et cela peut arriver plus facilement que vous le croyez). Bon dans toutes les utilisations : jeux, films, TV, musique.

RS-175 : Le choix pour une personne qui veut juste écouter les voix en se moquant de la qualité sonore ou qui veut avoir une expérience ce casque fermé (pas très convaincante malheureusement). Correct pour la TV, films et jeux.

TR-175+HDR-185 : Le choix ultime si vous êtes prêts à mettre environ 380 euros, on se rapproche d’une combinaison audiophile à mon avis tout en restant dans le domaine de l’amateur raisonné. Bon dans toutes les utilisations : jeux, films, TV, musique.

Des questions ou des remarques ?

N’hésitez surtout pas à m’en faire part, cet article ne couvrant pas tous les aspects de ce casque. Notez également que je mettrai à jour cet article avec une comparaison avec un casque Bluetooth Sony MDR-1000X en filaire ET en Bluetooth.

 

2 commentaires sur “Test de casque Radio – Sennheiser RS 175 + HDR 185 (vs RS 130)

  1. Bonjour,
    J’ai un casque Sennheiser HDR 185 avec sa base, récemment je me suis faiT plaisir en achetant une TV LG 55″ OLED 55BX6LB.
    Ma TV à 2 ports USB, 2 ports HDMI sur le côté.
    1 port USB, 2 ports HDMI 4K, 1 port OPTICAL DIGITAL AUDIO OUT, 1 port OUT Audio/HP + symbole casque audio , une entrée 13/18V 0.7A Max Satellite IN, une entrée ANTENNA CABLE IN à l’arrière.

    Est-il possible de connecter ma TV avec la base du casque Sennheiser ; si oui de quelle manière et avec quel câble ?

    J’aimerai pouvoir profiter d’un bon gros son sans déranger mes voisins en pleine nuit.

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    Cordialement
    JL

    J'aime

    1. Bonjour,

      Si je ne m’abuse le RS185 a une sortie optique et une sortie RCA. La première solution est de connecter l’optique sur Optical Out. Je n’ai pas d’Oled LG mais sur mon Sony le son sort à la fois dans le casque et sur la TV, je coupe en général le son de la TV mais il doit avoir un réglage pour ne le garder que dans la casque. Il faudra juste régler dans les menus le format de sortie optique en PCM sinon ça ne marchera pas. Pour cela il faut un câble optique (fourni avec le RS185 ? Sauf si vous avez acheté les éléments séparément peut-être ? Sinon n’importe quel câble optique fait l’affaire)
      La deuxième solution est de connecter le RCA (Rouge Blanc) sur un adaptateur vers jack (trouvable pas cher vu qu’il n’y a pas de vraie conversion à faire) voire un câble RCA vers jack si vous n’avez pas déjà de câble RCA vers RCA puis de le connecter sur la prise casque.
      Mais comme la prise casque des TVs n’est pas forcément exceptionnelle l’optique est à priori meilleur, en laissant le DAC inclus dans le casque faire la conversion.
      J’ai pour ma part branché le TR175 en optique derrière ma TV et ça marche très bien.

      N’hésitez pas si vous avez besoin de précisions

      J'aime

Répondre à Ansoud Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s